Culture musicale

Les Ecoles de musique en France.

                         La disparition des orchestres....

 Comment se fait t'il que, depuis un certain nombre d'années, les écoles de musique, en France, perdent régulièrement un certain nombre d'élèves au bout de 3 ou 4 années ? Pourquoi les "musiciens" sortant de ces écoles ne se retrouvent pas , tout naturellement, dans les orchestres faisant partie du paysage culturel musical français?

Il faut tout d'abord regarder de près ce qui se passe dans ces écoles de musique...Pour un grand nombre d'entre elles, si les classes de pianos et de cordes sont surchargées;  il n'est pas rare de voir 3 professeurs de pianos; les classes de cuivres, essentielles pour ces orchestres, sont quasiment désertes! Un seul professeur à beaucoup de mal à maintenir une classe de cuivres...Il est donc tout à fait normal de voir petit à petit disparaître ces orchestres. La politique  musicale est entièrement à revoir, redéfinir les missions d'une école de musique, redéfinir la finalité d'un musicien instrumentiste...

Alors , quelle est la finalité d'un musicien instrumentiste, si ce n'est d'appartenir à un orchestre? Pourquoi apprendre à jouer d'un instrument si  c'est pour ne pas s'exprimer dans un orchestre? et je ne fais pas ici allusion aux classes d'orchestres qui, à mes yeux, n'apportent pas grand chose, et pire, ne font que des scissions entre les différents instruments  alors que la musique doit, avant tout, rassembler. Seul l'orchestre rassemble!

Alors bien sûr vous me direz: "On ne peut pas refuser des jeunes qui souhaitent apprendre à jouer du piano..." Tout à fait d'accord mais je crois qu'il y a là, une pédagogie à faire auprès des nouveaux élèves ainsi que des parents. D'une part, tout le monde ne peut devenir concertiste...et, d'autre part, si le piano est considéré, à raison,  comme une excellente base pour les futurs musiciens, il convient, au bout d'un certain temps, d'orienter les élèves vers d'autres instruments qui eux, sont indispensables pour nos orchestres de tradition française: à savoir; les orchestres de Batteries-Fanfares et les orchestres d'Harmonie. De plus, il me semble tout à fait indispensable que les instruments à "sons" naturels soient enseigné dans les écoles de musique, n'ont ils pas existé avant les instruments à systèmes?

Il est quand même tout à fait étonnant de voir des classes de pianos, de cordes et autres flûtes engorgées et, d'observer le délitement des classes de cuivres...Ceci en parallèle depuis quelques années ainsi que l'appauvrissement des orchestres  en mal de cuivres, tous confondus; cornet, trompette, trombone, cor, euphonium, tuba, contrebasse...Il faut absolument orienter les élèves vers ces instruments dans les années à venir si nous ne voulons pas voir la disparition complète de nos orchestres. Pour cela, la formation des directeurs, des professeurs doit être adaptée à cette volonté. J'ai constaté, depuis longtemps, que là ou les orchestres fonctionnent bien, les directeurs et professeurs sont réellement impliqués et souvent  sont issus d'orchestres professionnels civils ou militaires...Ceci explique peut être cela.

 

En tous cas, il devient urgent de s'inquiéter de ces problèmes et revoir le fonctionnement des écoles de musique, avoir un projet et donc faire des choix qui ne soient pas pour quelques uns mais apportent à la collectivité toute entière le bénéfice de ces écoles de musique qui sont autant d'argent de la collectivité. Car, si on regarde de plus près encore, qui anime les cérémonies, les festivals de musique, les concours de musique et toutes les festivités locales, départementales, régionales et nationales...? Les orchestres bien sûr! Qu'ils soit de batteries-fanfares ou d'harmonie ces orchestres sont indispensables à notre société. Il est regrettable que peu de gens, à part les intéressés eux mêmes, ne s'inquiètent de la disparition progressive de ces orchestres.

Les orchestres de batteries-fanfares représentent un maillon essentiel dans la préservation d'une tradition française qui remonte à la Révolution. Initialement destinés à la ponctuation musicale des cérémonies protocolaires ou de manifestations de plein-air, les batteries-fanfares ont fait la conquête d'un nouveau public en offrant un répertoire riche et varié.

Ces orchestres qui ont pourtant formés un nombres important de jeunes; être dans un orchestre est un formidable apprentissage de la vie en commun où chacun se respecte, où l'on apprend que pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres, il faut travailler son instrument; il serait dramatique de les voir disparaître ainsi que toute une culture traditionnelle de notre pays.

Il faut, je crois,toujours se comparer à ce qui existe près de nous pour pouvoir tirer des enseignements,et, éventuellement corriger ce qui mérite de l'être poour progresser. ce qui m'intéresse, c'est la réflexion avec l'autre et donc forcément à un moment ou à un autre,la confrontation des idées pour pouvoir se rapprocher le plus possible de la "vérité"... ce que je vais développer ici, c'est qu'après un certain nombre d'années de métier de musicien, car si c'est une passion audépart, c'est aussi un métier, je me suis rendu à l'évidence et cela depuis longtemps, la pratique instrumentale en orchestre est source d'épanouissement.

Alors regardons un pays proche du notre et comparable; l'Allemagne, je prends cet exemple car il est proche de nous mais d'autres pays européens sont aussi dans le même cas de figure. Ce pays auquel nous avons été confronté plusieurs fois, tristement, par des guerres terribles, me conforte dans l'idée que j'ai de la culture. je pose une simple question:" Comment se fait il que l'Allemagne, perdante de deux guerres mondiales,se soit à chaque fois mieux redressée que la France?". La réponse à cette question est essentielle pour comprendre que la culture d'un pays, quel qu'il soit, est le fondement sur lequel on doit s'appuyer pour faire progresser une société.

Certains diront que le peuple allemend est plus discipliné,plus volontaire,etc...Peut être mais pourquoi un pays si proche du notre serait si différent? C'est avant tout une question de culture. L'Allemagne dans sa culture n'oublie pas ses grands musiciens! C'est pourquoi dans la culture je veux aborder la culture artistique et plus précisément la culture artistique musicale.

        En France, nous accordons beaucoup d'importance, pour le développement de l'individu, au sport. Quelle ville n'à pas d'équipements sportifs de qualité? Stade, piscine, gymnase, court de tennis, etc...et quelque fois en plusieurs exemplaires. Je ne veux pas dire que le sport n'est pas important, j'ai pratiqué pendant un certain nombre d'années, ce que je veux dire c'est qu'on lui accorde beaucoup d'importance par rapport à une autre activité dite intellectuelle qui, d'ailleurs n'est pas seulement intellectuelle, mais qui devrait faire partie intégrante de l'éducation de l'individu; je veux parler de la pratique instrumentale en orchestre.                                                                               On ne peut en aucune manière dissocier le physique du mental .  Nous avons pris l'habitude, lorsque nos enfants commencent leur scolarité, d'avoir un réflexe en les inscrivant, en général, plus facilement à un club de sport plutôt qu'à une école de musique, alors qu'en Allemagne c'est plutôt l'inverse ou, pour le moins, l'équilibre entre les deux est pour eux plus logique. Il est tout à fait certain que lorsqu'on est bien dans sa tête on est mieux dans son corps.

Nous savons tout ce qu'apporte à un jeune la pratique d'un instrument dans un orchestre; Il est maintenant prouvé que ces élèves musiciens sont plus attentifs, plus calmes et plus posés que les autres. Comment cela se fait il? En France, nous accordons beaucoup d'importance, pour le développement de l'individu, au sport.

Quelle ville n'à pas d'équipements sportifs de qualité? Stade, piscine, gymnase, court de tennis, etc...et quelque fois en plusieurs exemplaires. Je ne veux pas dire que le sport n'est pas important, j'ai pratiqué pendant un certain nombre d'années, ce que je veux dire c'est qu'on lui accorde beaucoup d'importance par rapport à une autre activité dite intellectuelle qui, d'ailleurs n'est pas seulement intellectuelle, mais qui devrait faire partie intégrante de l'éducation de l'individu; je veux parler de la pratique instrumentale en orchestre.

Et lorsque nous voyons le comportement de certains supporters dans les stades et où peut amener le sport de haut niveau ( dopage, trucage de matches, etc...) je me dis que j'ai eu raison de m'orienter vers la musique... Si nos élites avaient investi autant dans la culture que dans le sport je suis persuadé qu'une certaine jeunesse, à la recherche d'elle même, ne serait pas aussi désorientée qu'elle l'est aujourd'hui.

  Dans un orchestre s'apprend le respect de l'autre, la vie en collectivité, le goût de l'effort, de la discipline, l'aspiration du travail bien fait. La musique ferait elle des miracles? Peut être, car elle est source d'équilibre et d'épanouissement. et, contribue, par la même, à former des hommes et des citoyens responsables. En parallèle avec ma carrière en orchestre professionnel, j'ai enseigné dans quelques écoles de musique. Je pourrai citer un certain nombre d 'élèves ayant une scolarité difficile qui, après avoir pratiqué un instrument en orchestre se sont considérablement amélioré au fil des jours.

Pour revenir à l'Allemagne, la culture musicale dans ce pays fait complètement partie de l'éducation des jeunes. Je ne vais pas entrer dans le détail, ce serait un peu long mais il faut savoir qu'il y a dans ce pays plus de 200 orchestres symphoniques de plus de 100 musiciens chacun! Combien en France? 30? 40?Bien sûr les autres orchestres; harmonies, fanfares sont à l'avenant.

Nous sommes, en France, à des années lumières de ce qui se fait en Allemagne, dans ce domaine comme dans d'autres d'ailleurs. Ce qu'il faut bien comprendre c'est que pour jouer correctement d'un instrument dans un orchestre, il faut des mois, des années de patience et d'abnégation, mais en même temps il faut que ce soit ludique. Lorsqu'un jeune a assimilé cela très tôt, il devient évident pour lui que le travail scolaire n'est plus aussi difficile qu'il peut paraître. Si tous les jeunes de France, je dis bien tous, avaient la possibilité de pouvoir pratiquer un instrument de musique en orchestre, je suis bien certain que la jeunesse aborderait la vie d'adulte avec une autre vision. Tous les musiciens d'orchestres vous le confirmeront.

 Quel est aujourd'hui le pourcentage de jeunes ayant accès à la pratique instrumentale en France...? 2% , ce qui est totalement inacceptable.

     Depuis quelques années, à l'initiative de quelques personnes, un test à été élaboré dans l'école de la République pour voir l'impact sur les jeunes de la création d'un orchestre dans l'école publique. Je peux vous dire que les résultats sont tout à fait significatifs. Non seulement cela a réussi et démontré le bienfait de cette action mais d'autres collèges se sont emparé de ce concept. L'orchestre à l'école était né...(OAE)

 Certes, l'état se désengage beaucoup et la culture est sans doute la "dernière roue du carrosse" alors qu'elle devrait être parmi les priorités d'une société dite "évoluée".

 Personnellement, je reste convaincu que les moyens financiers existent et qu'il nous appartient de défendre ensemble toutes les strates de l'enseignement, de la pratique et de la diffusion de la musique. Le réseau des écoles de musique a mis quasiment un siècle à se mettre en place, avec le bénéfice d'une amélioration constante de la qualité de l'enseignement. Certes, ça n'a pas toujours rejailli sur la pratique amateur mais globalement je pense que là où les collaborations entre école de musique et société amateur fonctionnent, le résultat est palpable.

Il convient de conserver partout des pôles d'excellence et de pouvoir tirer au maximum vers le haut l'accès à une éducation de qualité et raisonnée. C'est aux politiques de faire leurs choix mais c'est à nous de les influencer. Les élus, quels qu'ils soient ne sont que des élus de passage, je m'intéresse au gamin qui,  de 0 à 20 ans, doit se construire et trouver sa place dans la société et je crois fermement que l'étude de la musique y contribue plus que largement.

Je défendrai toujours le droit à n'importe quelle famille, n'importe quel enfant, d'accéder à un cours individuel d'instrument, s'il le souhaite, parce que c'est une formidable et irremplaçable méthode de construction de soi. Les raisons budgétaires sont mises en avant, c'est vrai, mais je crois vraiment qu'un cours individuel d'instrument, qu'une école de musique, coûte, bien moins cher qu'un abris bus explosé par des ados désœuvrés, bien moins cher qu'un rond point ou des trottoirs flambants neufs, bien moins cher que des aménagements urbains qui souvent ne servent qu'à flatter l'image de l'élu local. Bien moins cher aussi qu'un stade à entretenir pour que des hurluberlus aillent crier" à mort l'arbitre..." Combien de comportements racistes venant des tribunes? Voire de certains joueurs entre eux? On ne voit jamais ce genre de comportement dans une salle de concert!

 L'argent existe. Avec la seule paye annuelle d'un footballeur "star" , on peut financer 10 ans de conservatoire pour 600 élèves!!

Je me suis toujours demandé pourquoi, régulièrement,  les artistes ayant remporté un certain succès se font reprocher leur aisance par un public qui reste silencieux devant la fortune des grands sportifs. Comme si gagner des millions en jouant au ballon ou en courant plus vite que son voisin était plus glorieux que de créer une oeuvre en partant d'une feuille blanche.

Le succès du sportif professionnel de haut niveau lui vaut une embellie immédiate de sa situation financière, dans le cadre de ses contrats avec ses employeurs et des contrats publicitaires qui dépasseront largement la durée de sa carrière. Il gagnera beaucoup d'argent en quelques années, avant de se reconvertir, souvent dans l'organisation ou dans le commentaire du sport qu'il a pratiqué.

 Le succès du créateur se manifestera différemment. il peut bien sûr être lié à un phénomène de mode qui  propulsera une chanson dans le hit-parade le temps éphémère d'une campagne de matraquage bien agencée. Mais il sera surtout dû à la pérennité de l'oeuvre, à sa capacité à traverser le temps et c'est pour  cela qu'a été institué le droit d'auteur. Je ne sais pas si dans vingt ans des amateurs se précipiteront pour visionner tel ou tel match de football ou de tennis de l'année 2009. je sais par contre qu'il y en aura toujours beaucoup pour écouter certaines oeuvres musicales passées à la postérité et nous rappellent que la création reste éternelle lorsqu'elle atteint les sommets et qu'elle constitue alors un précieux patrimoine commun.

 Il s'agit maintenant de nous faire entendre et pour cela, parler d'une même voix. En conséquence, plus nous créerons de passerelles entre pratiques amateurs, écoles de musiques, ENM, CNR et tous les acteurs de la musique, plus nous justifierons, s'il le fallait encore, notre indispensable complémentarité.

Il ne s'agit pas ici de placer le sport et la culture en opposition mais simplement de dire que la tentation est toujours grande, pour ceux qui nous gouvernent, d'insister fortement sur le premier, aux retombées médiatiques immédiates et de ne pas suffisamment réaliser que c'est dans la seconde que se fige le ciment d'une nation.

FOLLOW ME

  • Facebook Classic

© 2023 by Samanta Jonse. Proudly made by Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now